1-54 Forum Marrakech 2020 at LE 18, Disguised as a Dancefloor by Joe Namy. ©Michael Huard /say-who

Crafting wor[l]ds: for a vernacular economy of art

1-54 Forum will be accompanying the unique Paris edition of 1-54 Contemporary African Art Fair. Curated by LE 18 and taking place online over the evenings of the fair, and then throughout February, 1-54 Forum is entitled Crafting wor[l]ds: for a vernacular economy of art. The programme will consist of a variety of formats, all accessible online in English and French.

« La culture, c’est ce qui nous survit, ce qui nous permet d’inscrire la fragilité de l’humain dans la durée, d’entrer dans une forme de permanence alors que tout n’est que précarité. C’est ce qui nous permet d’imaginer ce qui n’existe pas encore, et donc de comprendre que nous ne sommes pas condamnés à ce qui existe. » Achille Mbembe, 2020

Shaped by social distancing and the virtualisation of cultural interactions, 1-54 Forum will move from the locality in which LE 18 is embedded, to explore some of the many ways in which artistic, curatorial, and mediation movements are not only navigating through, but also engaging with the deep material and epistemic fractures produced and reproduced by capitalism, modernity, and (neo)colonialism over the past centuries.

As the curators of 1-54 Forum, we call for the artists, the bricoleurs, the impostors even. We turn to those who claim no field of expertise, the ‘undisciplined’ in every discipline, in order to explore the material sites they occupy and the poetics they invoke for the making and remaking of the real; redressing and fabricating discourses, memories, and imaginaries for worlds and words yet to come. While questioning the very role that the artistic can play in a world in crisis, we propose to look at the ways in which new ecologies of cultural practices are emerging, drawing from vernacular principles and circular dynamics.

In exploring the contours of a vernacular economy of artistic practices set to re-design and craft wor[l]ds, we believe that there is no single-way forward, but just a million of invisible paths, underground channels, entangled threads. While not claiming to be exhaustive in its contents or original in its intentions, this edition of 1-54 Forum embodies and mirrors LE 18 as a proteiform cultural platform: one rooted in Marrakech while nonetheless reasoning and resonating with many localities.

As such, our proposal unfolds along seemingly diverging, and yet converging and intersecting lines, to explore some of the material and immaterial sites and infrastructures of cultural and economic production, reproduction and circulation, by establishing a protocol of diffused curatorship for each knot composing our canvas. By inviting a number of long-term collaborators of LE 18 to co-think the different chapters of the Forum, we hope to be truthful to an understanding of a forum as a public, circular arena, an agraw if we had to go with an Amazigh term, where the word is shared to shape new worlds.

 

About LE 18

LE 18 is an independent platform for creation, dissemination and cultural and artistic exchanges. LE 18 was born with a double objective, on the one hand, that of supporting Moroccan artists by accompanying their research through residencies and by disseminating their projects within the space through exhibitions, presentations and talks with the public. On the other hand, LE 18 has become a bridge between the Marrakechis cultural scene with those of the rest of the country, as well as of a regional and transnational ones, through international residency programmes and local collaborations. The approach is open and progressive so that each intervention allows to redefine the spirit of the place while continuing its commitment to its community.


Crafting wor[l]ds: for a vernacular economy of art

« La culture, c’est ce qui nous survit, ce qui nous permet d’inscrire la fragilité de l’humain dans la durée, d’entrer dans une forme de permanence alors que tout n’est que précarité. C’est ce qui nous permet d’imaginer ce qui n’existe pas encore, et donc de comprendre que nous ne sommes pas condamnés à ce qui existe. »
Achille Mbembe, 2020

Façonné par la distanciation sociale et la virtualisation des interactions culturelles, le Forum 1-54 quittera la localité dans laquelle se situe LE 18 pour explorer quelques-unes des nombreuses façons dont les mouvements artistiques, curatoriaux et de médiation non seulement naviguent, mais s’engagent également dans les profondes fractures matérielles et épistémiques produites et reproduites par le capitalisme, la modernité et le (néo)colonialisme au cours des siècles passés.

En tant que curateur de cette édition du Forum 1-54, nous faisons appel aux artistes, aux bricoleurs, voire aux imposteurs. Nous nous tournons vers ceux qui ne revendiquent aucun domaine d’expertise, les “indisciplinés” de toutes les disciplines, afin d’explorer les sites matériels qu’ils occupent et la poétique qu’ils invoquent pour la fabrication et la refonte du réel ; en redressant et en façonnant des discours, des souvenirs et des imaginaires pour des mondes et des mots encore à venir. Tout en s’interrogeant sur le rôle même que peut jouer l’artiste dans un monde en crise, nous proposons d’examiner les façons dont de nouvelles écologies de pratiques culturelles émergent, s’inspirant de principes vernaculaires et de dynamiques circulaires.

En explorant les contours d’une économie de pratiques artistiques vernaculaires qui re-définis et élabore des mondes et des mots, nous reconnaissons qu’il n’existe pas une voie unique, mais une multitude de chemins invisibles, de canaux souterrains, de fils enchevêtrés. Sans prétendre être exhaustive dans son contenu ou originale dans ses intentions, cette édition du Forum 1-54 incarne et reflète LE 18 comme une plateforme culturelle protéiforme : une plateforme enracinée à Marrakech qui raisonne en résonance avec de nombreuses localités.

Notre proposition se déploie selon des lignes apparemment divergentes, mais qui convergent et se croisent, pour explorer certains des sites et des infrastructures matérielles et immatérielles de production, de reproduction et de circulation culturelles et économiques, en établissant un protocole de programmation diffuse pour chaque nœud composant notre toile. En invitant un certain nombre de collaborateurs réguliers de LE 18 à réfléchir ensemble aux différents chapitres du Forum, nous espérons être fidèles à une compréhension du forum comme une arène publique et circulaire, une agraw pour utiliser le terme amazigh, où la parole est partagée pour façonner de nouveaux mondes.

LE 18

LE 18 est une plateforme indépendante de création, de diffusion et d’échanges culturels et artistiques. LE 18 naît avec un double objectif, d’une part, celui de soutenir les artistes marocains en accompagnant leurs recherches à travers des résidences et en diffusant leurs projets au sein de l’espace par des expositions, présentations et rencontres avec le public. De l’autre, LE 18 s’est fait pont entre la scène culturelle marrakchies et celles du reste du pays, ainsi que d’autres à l’échelle régionale et transnationale, à travers des programmes de résidences internationales et des collaborations locales. La démarche se veut ouverte et évolutive de sorte que chaque intervention contribue à redéfinir l’esprit du lieu tout en poursuivant son engagement vis-à-vis de sa communauté.